Archive pour février 2010

Réunion publique Jeudi 4 Mars

vendredi 26 février 2010

Rendez vous Jeudi 4 Mars, 18h30 à la salle des associations de Lambesc.
affiche

Jacques Bucki, candidat aux élections régionales

mardi 23 février 2010

Les militants socialistes de Lambesc sont heureux de voir figurer l’un des leurs sur la liste conduite par Michel Vauzelle pour les élections régionales des 14 et 21 mars. En effet, le maire de Lambesc Jacques Bucki, représentera notre territoire à l’échelle régionale, son expertise en matière de développement durable sera un atout déterminant pour que le Conseil Régional franchisse un nouveau pas dans sa politique volontariste en matière d’environnement.

Les socialistes lambescains sont plus que jamais mobilisés derrière Michel Vauzelle et Jacques Bucki.

F. Bounous, Secrétaire de Section

Lambesc mobilisé pour les élections régionales

samedi 20 février 2010

2002201047823012010466

La section socialiste de Lambesc était une fois de plus mobilisée pour les élections régionales en ce week end tous sur le pont. Après une rencontre avec la population sur le marché vendredi, les militants ont oeuvré à afficher leurs couleurs et leurs convictions !

Les socialistes Lambescains mobilisés

dimanche 14 février 2010

Après s’être lancé dans la campagne de terrain, les socialistes de Lambesc étaient nombreux au banquet républicain de soutien à la liste conduite par Michel Vauzelle organisé samedi 13 février. Pour preuve, cette photo publiée dans La Provence, édition Pays d’Aix, du dimanche 14 février.

14022010472

Réforme des lycées : un passage en force

jeudi 11 février 2010

31 janvier 2007 : le gouvernement est tout fier de sa nouvelle loi sur la modernisation du dialogue social, qui prévoit des phases de concertation avec les partenaires pour certains projets de loi.

10 décembre 2009 : Luc Chatel choisit le passage en force pour son projet de réforme des lycées. Lors de sa présentation devant le Conseil Supérieur de l’Education (instance consultative), le projet a rencontré la vive opposition d’une intersyndicale représentant plus de 80% des personnels (SNES-FSU, SNEP-FSU, SNFOLC, CGT Educ’action, SNALC-CSEN, SNCL-FAEN, SUD Education et SNETAP-FSU), mais le ministre a annoncé dans la foulée sa volonté de publier les décrets portant la réforme du lycée avant la fin du mois janvier !

Et quel est ce projet ? Tout d’abord un prétexte pour continuer à faire disparaître des postes, selon le principe sarkozyste du non-remplacement d’un fonctionnaire sur deux partant à la retraite. Traduction concrète pour les lycéens : des classes toujours plus surchargées.

D’autre part, la réforme des lycées tente maladroitement de résoudre le problème (réel) du déséquilibre entre les filières générales (L, ES et S). Maladroitement, car la suppression de toute heure obligatoire d’Histoire Géographie en classe de Terminale S est un triste symbole de la vision gouvernementale : on préfère trier de futurs salariés (deux heures d’orientation remplacent les heures de cours, mais que fait-on des conseillers d’orientation ?), plutôt que former des citoyens éclairés !

En fait, ce projet n’apporte aucune réponse à la demande unanime d’amélioration des conditions de travail des personnels et des conditions d’étude des élèves. Et d’ailleurs, pourquoi ne pas avoir associé les conseils régionaux à la discussion, puisque l’entretien des lycées est de leur compétence ? Sans doute pour éviter de parler, en cette période électorale, du bilan très positif en la matière des régions tenues par la gauche…

S.D.