Archive pour novembre 2016

Comment est-ce arrivé ?

lundi 21 novembre 2016

Nombreux sont ceux qui parlent de surprise, de coup de tonnerre de l’élection de Donald Trump comme président des Etats-Unis. Est-ce vraiment le cas ? Etait-ce réellement imprévisible ? Ou bien c’est nous qui avons refusé de voir, qui avons négligé les signaux d’alerte, refusé de voir la vérité ?

Avant d’être une victoire de Trump il s’agit avant tout d’une défaite de Clinton ou plutôt d’une défaite de l’establishment. Les spécialistes en tout genre, les politiciens de métiers, l’élite en somme ont prédis une victoire large de Clinton et en même temps n’ont pas vu, ou refusé de voir, l’émergence d’une partie de la population. Une partie de la population qui ne s’exprime jamais jusque là ou dont la voix était inaudible a décidé soudainement de renverser l’ordre établi sans que la quasi-majorité des observateurs s’en aperçoive.

Car c’est cette réalité qui est apparue : les déclassés, les abandonnés, les laissés pour compte n’ont pas oubliés qu’ils avaient le droit de vote, que c’étaient eux qui décidaient quel nom ils allaient déposer dans l’urne et personne d’autre. Depuis des années on leur impose austérité et sacrifices avec résignation. Seulement ils ne se sont pas résignés. Ils ont fini par ne plus se sentir représentés par ces individus qui ne leur promettent plus que du sang, du labeur, des larmes et de la sueur. Alors, dès qu’un individu sort de la mêlée et dit qu’il va détruire ce système ce discours fait écho à leur désespoir. Durant la campagne, il y a bien eu des tentatives pour les faire changer d’avis, leur disant que Trump ce serait le chaos, l’inconnu,… et bien ils ont préféré l’inconnu à un avenir aussi certain que difficile.

Mais n’y avait-il pas de signes avant coureur ?

Il y avait bien le succès du candidat aux primaires démocrate Bernie Sanders. Très populaire notamment auprès des jeunes, il incarnait une volonté de changement, de profondes réformes dans la société américaine. Il y avait ensuite la victoire de Donald Trump, jet-setter milliardaire passé par la télé-réalité, aux primaires républicaines face à des politiciens rompus aux élections comme Ted Cruz ou Jeb Bush.

Comment ont réagi les deux partis ? Le parti démocrate a favorisé Hillary Clinton ce qui lui a permis d’être la candidate. Le parti républicain luia investi Donald Trump, la suite, nous la connaissons.

Il serait vain et inutile de désigner des responsables et déterminer quel est le niveau de leur erreur. Nous ne pouvons plus nier cet état de fait. Certains objecteront en soulevant que cela a eu lieu en Amériquemais l’Europe aussi est concernée. Brexit, montée de l’extrême droite,… En France, l’année dernière, notre parti dû se retirer de deux régions dès le premier tour des élections régionales pour éviter qu’elles ne tombent dans l’escarcelle du Front National.

Les élections présidentielles et législatives auront lieu dans quelques mois. Au moment où s’organisent les primaires de la gauche, que les candidats commencent à présenter leurs projets il est indispensable de vraiment s’intéresser aux origines de ces mouvements populaires car il ne fait aucun doute qu’ils tiendront une place prépondérante lors des élections.

Florian ALLEMANDI

Élus « les Républicains » et FN, même combat ?

lundi 14 novembre 2016

Nous relayons cet article pris dans la Newsletter hebdomadaire de Sylvie Guillaume Députée et Vice-présidente du Parlement européen Groupe Socialistes & Démocrates

8 novembre 2016. Catégorie(s): Points de vue, Société

Oui, même combat, vous avez bien lu. C’est avec le plus grand écœurement que j’ai pris connaissance de l’adoption à la quasi-unanimité* d’une motion contre l’accueil des migrants par les élus les Républicains et FN de la région PACA.

Cette motion, présentée par les Républicains de PACA, prévoit que les présidents d’exécutifs locaux « soient saisis » et « puissent s’opposer » à l’accueil de migrants.

Les amis de Christian Estrosi marchent une fois encore et sautent même à pieds joints sur les plates-bandes du FN. D’ailleurs les propos de Marion Maréchal Le Pen, qui accusaient avant le vote le président de Région de « plagiat » d’une motion similaire déposée par son groupe, en sont la preuve.

Le texte adopté propose que « La Région PACA s’oppose par tous les moyens légaux à l’établissement de mini « jungles de Calais », reprenant ainsi la désinformation utilisée il y a quelques semaines par un autre Président de région, Laurent Wauquiez.

En faisant ainsi thème et thèse communs, ces soi-disant « Républicains » et le FN provoquent la consternation. Rappelons-nous que, pour s’assurer que le Front National ne gagne pas les dernières élections régionales, mes collègues socialistes de la région s’étaient retirés au second tour, facilitant ainsi l’élection de Christian Estrosi et barrant la route au FN.

Refus de la solidarité, surenchère électoraliste : ces procédés sont choquants mais malheureusement pas surprenants. Ils participent d’une dérive idéologique d’une partie la droite vers l’extrême droite. Ces élus du parti « les Républicains » qui triturent tant le thème de l’identité, sont pourtant en train de perdre la leur en courant derrière le Front National.

Comme mes collègues socialistes de PACA, je condamne très fermement cette démarche et soutiens le processus de démantèlement pour raison humanitaire de la jungle de Calais et en appelle aux collectivités pour un accueil digne de ses occupants.

* La motion a été adoptée à 120 voix pour, 1 abstention et 2 non-votes.

PS : Pour suivre les actualités de Sylvie Guillaume, consulter son site : sylvieguillaume.eu

L’alternance promise!!

lundi 7 novembre 2016

Au niveau National, l’alternance  pour les élections présidentielles et législatives est promise et annoncée par le système médiatique et sondagier en  faveur des  Républicains après un face à face avec le Front National. Il ne resterait plus qu’à savoir parmi les Républicains si ce sera la tendance raisonnable, dure, décomplexée ou schizophrène qui s’imposera. C’est tout l’enjeu de leur primaire en cours. Dans tous les cas, des solutions expéditives sont promises:

  • Grandes réformes faites par ordonnances sous 3 mois,
  • Suppression des fonctionnaires par centaines de milliers !!
  • Plans d’économies de 100, 120 ou 150 milliards, on n’est plus à 10 près,  couplés à des baisses massives d’impôts pour le plus riches (dont l’ISF, …) ,
  • Règlement en quelques semaines de la question des migrants.
  • Abrogation des lois du quinquennat (loi Taubira, loi mariage pour tous, loi travail, découpage des régions,  Tiers Payant, Prélèvement à la Source…)….
  • Enfermement de tous les fichés S, …..

Est- ce que c’est ce que souhaitent et attendent  une majorité de Français ? L’avenir nous le dira…

A Lambesc, certes, cette alternance a eu lieu en 2014 avec moins de fracas et de publicité qu’au   niveau national en ce moment,  et sans que soit affichée d’ailleurs la tendance à laquelle on avait à faire, car localement, les choses sont plus feutrées : le Front National ne se découvre pas mais pourtant son électorat doit bien se retrouver en quelque part !

Par contre ce retour était lui aussi accompagné de quelques engagements forts, sur les impôts, l’environnement, les grands travaux, etc… A presque mi-mandat on peut faire un 1er constat:

  • Un virage à 180° sur l’annonce  de la  stabilité des impôts locaux et même d’ une réduction, fut le 1er signe car, quelques semaines plus tard ce fut +22% d’augmentation des taux, la justification étant que la promesse avait été faite sans connaître la situation financière de la commune, alors que le maire actuel avait siégé pendant 6 ans au conseil municipal et participait à la commission des Finances,
  • Un détricotage très rapide des avancées sociales mises en place pendant le mandat précédent : pour la tarification dans les cantines ce fut l’abandon immédiat du tarif progressif pour un tarif unique avec 300% d’augmentation pour les plus faibles,
  • Un abattage d’arbres  sur le plateau du COSEC comme on n’en avait jamais  vu à Lambesc, alors qu’il traitait d’inconscients les sortants qui voulaient en couper quelques-uns pour aménager un stade qui permettait de répondre aux besoins des associations. Et que se passe-t-il ? il n’y a pas  de projet, mais les arbres sont coupés !! Et sur le Bd de La République la coupe des arbres malades est semble-t-il généreusement étendue à d’autres …..
  • Que penser des projets d’aménagement du Centre-ville auxquels il s’était opposé ? Ils  sont globalement repris mais dénaturés… le sens de circulation changé malgré la reprise de  malfaçons grossières, il y a encore à faire : la boite Postale coin Rue Hoche, la localisation des poubelles, les ralentisseurs de la rue Mirabeau qui pourrissent la vie à tous les riverains …
  • Que dire du CCAS qui est  réduit à sa plus simple expression, de la Culture qui suit le même chemin ? …
  • Et le personnel municipal : la chasse aux sorcières est en cours depuis le début du mandat  et tourne à plein régime au mépris des compétences et des besoins. On peut  se demander s’il n’y a pas un lien avec la façon dont sont conduits des travaux , ….
  • Lambesc redevient une ville morte. Il n’est que de passer dans le centre pour s’en rendre compte…

Est- ce  cela que les Lambescains attendaient et voulaient en Mars 2014 lorsqu’ils l’ont réinstallé à la Mairie ? Si l’on en croit les échos dans le village cela n’est pas certain, et beaucoup sont déçus de voir avec quelle désinvolture il gère les problèmes de la cité.

Nous sommes en Démocratie et l’échéance de 2020 est encore loin. On doit cependant se rappeler que sur les 4 dernières élections municipales, les 3 fois que la Droite a gagné c’est la division des forces de gauche, qui en ordre dispersé lui a laissé la victoire, et une fois ou l’union fut faite elle a été battue très largement.

Tous les progressistes attachés à la solidarité, au lien social, au mieux vivre ensemble doivent se rappeler cela et doivent aussi savoir qu’une alternative durable suppose d’être établie sur des objectifs communs et un projet partagé et que cela nécessite du temps pour être élaboré.

Et donc chacun devrait se dire qu’il y a urgence à y travailler …