Comment est-ce arrivé ?

Nombreux sont ceux qui parlent de surprise, de coup de tonnerre de l’élection de Donald Trump comme président des Etats-Unis. Est-ce vraiment le cas ? Etait-ce réellement imprévisible ? Ou bien c’est nous qui avons refusé de voir, qui avons négligé les signaux d’alerte, refusé de voir la vérité ?

Avant d’être une victoire de Trump il s’agit avant tout d’une défaite de Clinton ou plutôt d’une défaite de l’establishment. Les spécialistes en tout genre, les politiciens de métiers, l’élite en somme ont prédis une victoire large de Clinton et en même temps n’ont pas vu, ou refusé de voir, l’émergence d’une partie de la population. Une partie de la population qui ne s’exprime jamais jusque là ou dont la voix était inaudible a décidé soudainement de renverser l’ordre établi sans que la quasi-majorité des observateurs s’en aperçoive.

Car c’est cette réalité qui est apparue : les déclassés, les abandonnés, les laissés pour compte n’ont pas oubliés qu’ils avaient le droit de vote, que c’étaient eux qui décidaient quel nom ils allaient déposer dans l’urne et personne d’autre. Depuis des années on leur impose austérité et sacrifices avec résignation. Seulement ils ne se sont pas résignés. Ils ont fini par ne plus se sentir représentés par ces individus qui ne leur promettent plus que du sang, du labeur, des larmes et de la sueur. Alors, dès qu’un individu sort de la mêlée et dit qu’il va détruire ce système ce discours fait écho à leur désespoir. Durant la campagne, il y a bien eu des tentatives pour les faire changer d’avis, leur disant que Trump ce serait le chaos, l’inconnu,… et bien ils ont préféré l’inconnu à un avenir aussi certain que difficile.

Mais n’y avait-il pas de signes avant coureur ?

Il y avait bien le succès du candidat aux primaires démocrate Bernie Sanders. Très populaire notamment auprès des jeunes, il incarnait une volonté de changement, de profondes réformes dans la société américaine. Il y avait ensuite la victoire de Donald Trump, jet-setter milliardaire passé par la télé-réalité, aux primaires républicaines face à des politiciens rompus aux élections comme Ted Cruz ou Jeb Bush.

Comment ont réagi les deux partis ? Le parti démocrate a favorisé Hillary Clinton ce qui lui a permis d’être la candidate. Le parti républicain luia investi Donald Trump, la suite, nous la connaissons.

Il serait vain et inutile de désigner des responsables et déterminer quel est le niveau de leur erreur. Nous ne pouvons plus nier cet état de fait. Certains objecteront en soulevant que cela a eu lieu en Amériquemais l’Europe aussi est concernée. Brexit, montée de l’extrême droite,… En France, l’année dernière, notre parti dû se retirer de deux régions dès le premier tour des élections régionales pour éviter qu’elles ne tombent dans l’escarcelle du Front National.

Les élections présidentielles et législatives auront lieu dans quelques mois. Au moment où s’organisent les primaires de la gauche, que les candidats commencent à présenter leurs projets il est indispensable de vraiment s’intéresser aux origines de ces mouvements populaires car il ne fait aucun doute qu’ils tiendront une place prépondérante lors des élections.

Florian ALLEMANDI

Laisser un commentaire