La Poste : Lambesc a voté non !

jeudi 22 octobre 2009

Vendredi 2 octobre sur le marché, et Samedi 3 octobre devant la poste, les lambescains ont répondu présent à l’appel de la votation citoyenne au sujet du changement de statut de la poste. Le collectif local, dont le Parti Socialiste est un acteur majeur, a su se mobiliser et organiser ce scrutin, comme dans des milliers de villes et de villages à travers le pays.

Les résultats locaux sont à l’image de ceux enregistrés partout en France, un non massif au processus de privatisation :

  • LAMBESC 02 OCTOBRE 2009
    • lieu: marché
    • responsable: LOIC MARTIN-JAUBERT; FREDERIC BOUNOUS
    • nombre de votants: 224
    • bullentin nuls/blancs: 0
    • OUI: 2
    • NON:222
  • LAMBESC 03 OCTOBRE 2009
    • lieu: poste
    • responsable: LOIC MARTIN-JAUBERT ; FREDERIC BOUNOUS
    • nombre de votants: 128
    • bullentin nuls/blancs: 1
    • OUI: 3
    • NON: 124

Avec plus de 98% de non, la section du Parti Socialiste à Lambesc se félicite de ce score sans appel et espère la tenue d’un vrai référendum à l’échelle nationale pour laisser la possibilité aux citoyens de s’exprimer sur l’avenir du service public postal.

Le Maire, Jacques Bucki, votant contre la privatisation de la poste

Le Maire, Jacques Bucki, votant contre la privatisation de la poste

Prochaine réunion de section

lundi 14 septembre 2009

La section du PS à Lambesc reprend du service et vous invite à sa réunion de rentrée :

Mercredi 16 septembre
18h30

A l’ordre du jour, les élections régionales, la rénovation du parti, les assises militantes du PS13, la votation citoyenne concernant l’avenir de La Poste et comme toujours, les questions diverses.

Nos services publics ne sont pas à vendre

lundi 30 mars 2009

 Ils coûtent trop cher nous dit-on ! Pourtant, quel citoyen des cinq continents ne voudrait pas d’ EDF, premier fournisseur mondial  d’électricité, de la SNCF, d’une efficacité redoutable malgré ce qu’en disent les médias, de la Poste, qui apporte le courrier jusque dans les villages les plus reculés de France à tarif unique.Les exemples ne manquent pas. Pour arriver à ces niveaux de qualité, il a fallu des dizaines d’années d’investissement de toute la nation et des vies de travail de milliers d’agents publics.Aujourd’hui, alors que l’Europe appelle uniquement à la concurrence (sans obligation de service public), Sarkozy va plus loin et privatise La Poste, seule banque épargnée par la crise financière.Nous socialistes, refusons cette décision idéologique et dogmatique, appelons au maintien du service public postal et à la création d’un fond public d’investissement basé sur des logiques économiques viables et pérennes.